Alors que revient l’été, la crainte de voir le mercure établir de nouveaux records rappelle l’urgence d’agir pour le climat. Dans un contexte où les politiques nationales montrent leurs limites, plus que jamais, il appartient aux citoyens d’inventer de nouvelles solutions.

C’était un des effets positifs du confinement drastique imposé au Printemps dernier : la baisse de 70% du trafic routier améliorait significativement la qualité de l’air. Un constat partagé aux quatre coins du globe où l’on s’enthousiasmait alors de la transparence retrouvée des canaux vénitiens ou de la disparition du nuage grisâtre planant généralement au-dessus des villes.

Aux mêmes causes, les mêmes conséquences

Seulement, avec la reprise, la pollution est repartie de plus belle et les experts enregistraient en Juin dernier, un bon de +118% de concentrations en dioxyde d’azote, plaçant Paris en tête du classement des capitales européennes à l’air le plus vicié en sortie du premier confinement.

Un constat à l’écho particulier au Kremlin-Bicêtre, où le contexte urbain est particulièrement dense et cerné d’axes routiers majeurs.

Agir pour le climat

Alors comment faire bouger les lignes localement ? L’action de quelques-uns peut-elle avoir un impact ? Comment lancer la transition écologique de la Ville ?

La réponse à ces questions tient en 4 lettres : ADEP, pour Assises de l’écologie populaire. Organisée autour de 3 thèmes clés (Habiter une ville durable, Bien se nourrir en ville, Faciliter les mobilités), la séquence propose d’explorer de nouvelles pistes et de rappeler l’essentiel : lorsqu’il s’agit de préservation de l’environnement, nous avons tous notre rôle à jouer.

En la matière, les sujets sont nombreux. Il y a ceux qui prônent une énergie plus verte, produite localement grâce à de menus investissements. Ceux qui militent pour une alimentation plus saine et saisonnière, à rebours des produits transformés. D’autres encore, alertent sur les limites du recyclage et appellent à réduire sensiblement la production de déchets.

Assises de l’écologie populaire : demandez le programme !

D’ici aux congés d’été, l’essentiel du dispositif vivra au travers cette plateforme, lancée pour l’occasion. A compter du 4 Septembre, les assises se poursuivront avec 3 semaines durant lesquelles seront proposés ateliers, tables rondes et débats publics.

*La tenue des événements en présentiel est conditionnée à une évolution favorable de la situation sanitaire.